Un petit nouveau sur la scène alternative : le journal Mouais est né !

Mouais ? Le journal que vous tiendrez bientôt entre les mains, et qui pousse devant vous son premier cri, naît d’une volonté : celle d’offrir aux Niçois.e.s un journal d’information indépendant et critique, qui sorte des sentiers battus, aille gratter là où ça démange, et faire du bruit là où le silence devient pesant. Et pour ça, Mouais a besoin de vous : en tant que journalistes mais aussi en tant que lecteur/trice.s engagé.e.s ou dubitatif/ve.s …

Mouais est distribué aussi physiquement dans les lieux habituels. Pour l’instant au Diane’s dans le Vieux Nice, aux librairies Masséna, la Briqueterie, Mots du Monde, au centre LGBT… la liste s’allonge !  Bientôt une carte vous permettra de savoir où aller pour vous procurez votre futur journal préféré avec vous, et tout.e.s ensemble. Un journal qui nous rassemble. Et pour cela, il a besoin d’aide aussi pour la distribution. Un journal-écrit-mais-pas-lu n’est pas vraiment l’ambition de Mouais. Aidons-nous à rendre ce journal  lisible et pour cela à trouver des astuces pour qu’il arrive entre les mains du plus de personnes possibles : diffusion militante, rémunération à la diffusion, vente à la criée, réseau de diffuseurs qui se répartissent des lieux de diffusion proches de chez eux, de chez elles… Imaginons un journal papier en 2019 à Nice. Un journal local, du local d’ici et d’ailleurs.
 Mouais, le journal dubitatif de Nice
Ecrivain.e du dimanche, chroniqueur.se occasionnel sur les réseaux sociaux, tendeur.se d’oreille, explorateur.se de rues parallèles, amoureux.se des gens, de leurs vies, de leurs rêves, de leur problèmes et joies quotidiens : tous et toutes, vous avez vos mots à dire, et ces mots, ou ces maux, nous voulons vous aider à les faire entendre.Nous ne pouvons plus accepter que des éditorialistes hors-sol, des prétendus « experts » en roue libre, des gratte-papier ne sachant plus que recopier les éléments de langage de la communication du gouvernement et des multinationales, privatisent pour leur compte l’espace d’expression publique –imposant leurs intérêts et leurs lois à des hordes de prolétaires de l’info, pigistes sous-payés, qui constituent aujourd’hui, ne l’oublions pas, le gros des journalistes… Et qui, eux aussi, sont les victimes d’un système médiatique figé, enkysté dans les sphères de pouvoir.
Donc : écrivez-nous. Racontez-nous vos vies. Soutenez-nous, distribuez Mouais… Soufflez sur nos braises… Celle de vos amis, de votre famille, de vos enfants, de vos voisins. Parlez-nous de vos petits ou grands tracas, ou des évènements heureux qui vous ont donné espoir.Parce que, avec vous, tout en menant des enquêtes solides, nous voulons aussi construire un journalisme du fait quotidien, qui, avec humour, assume sa subjectivité.Pour ceci, une seule adresse : contact@mouais.org !
Bonne lecture, bonne écriture, et bonne diffusion aussi…