Tous les articles par admin

Solidarité avec Claire

Dans le département des Alpes-Maritimes,  il est interdit de manifester sa solidarité avec les réfugiés 

IMG_5545Claire a été arrêtée ce lundi 13 juillet, en fin de matinée,  pour avoir manifesté sa solidarité envers des réfugiés victimes des guerres, de persécutions et de dictateurs sanguinaires.
Nous exprimons et assumons notre solidarité sans faille avec Claire. A travers son arrestation, alors qu’elle n’a fait qu’être sensible à la situation de ces personnes en détresse, c’est la solidarité exprimée par de nombreuses associations, citoyens et citoyennes envers les réfugiés qu’ils essaient, en vain, de museler.

Placée en garde à vue au commissariat d’Auvare lundi, libérée mardi, elle devra comparaitre en correctionnelle au tribunal de Grasse  vendredi  18 décembre.

 

Lettre au PDG de la SNCF

NICE, le 9 juillet 2015
Monsieur Guillaume Pepy
PDG de la SNCF
34 rue du Commandant René Mouchotte,
75014 PARIS

Lettre RAR
migrants_IMG_5209

Objet : Vintimille / Menton – Titres de transport de certains réfugiés.

Monsieur le président directeur général,

Nous dénonçons les abus dont sont victimes certains usagers de la SNCF, dans le département des Alpes Maritimes. Depuis le début du mois de juin 2015, des personnes possédant un titre de transport valide sont, soit empêchées d’accéder à leur train, soit refoulées du train quand elles y sont montées, du fait de contrôles d’identité effectués par les forces de l’ordre.

Ces personnes, souvent fort démunies, ont donc acquitté leur titre de transport auprès de la SNCF, sans pouvoir utiliser ses services  et sans pouvoir en obtenir le remboursement, alors qu’il s’agissait manifestement, en l’espèce, d’un cas de force majeure. (1)

Entre Vintimille et Cannes, depuis le début du mois juin, cette situation n’est en rien exceptionnelle : elle concerne des centaines de personnes ! Des milliers d’euros ont été extorqués à des personnes en grande précarité qui y investissent parfois, au terme d’un long et douloureux périple, leurs dernières économies.

La SNCF doit faire face à ses responsabilités. Compte tenu du nombre de personnes concernées et de la détresse engendrée par ces pertes financières, nous demandons à la SNCF le remboursement systématique et immédiat de tous ces titres de transport.

Les associations mobilisées en soutien à ces personnes sont disposées à discuter avec vos services des meilleures modalités de mise en place de cette mesure exceptionnelle.

Dans l’attente d’une réponse, nous vous prions de croire, monsieur le président directeur général, à l’expression de nos salutations distinguées.

Premiers signataires :

Association pour la démocratie à Nice (ADN).
Amesty international – Relais réfugiés 06.
Comité inter-mouvements auprès des évacués 06 (Cimade).
Habitat et citoyenneté – Nice
Ligue des droits de l’Homme (LDH) Sections de Nice et Cannes-Grasse.
Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP ). Comité Nice – Grassemigrants_IMG_5209Réseau éducation sans frontières (RESF) 06

(1) Le 9 juin à Nice, plusieurs personnes ont été remboursées, mais il faut dire qu’un avocat et des membres de nos associations étaient présents et sont intervenus avec vigueur et c’est à notre connaissance, le seul cas avéré de remboursement.

Monsieur le Préfet, faites rembourser les billets !

Copie du courrier envoyé ce jour au Préfet des Alpes Maritimes.

Monsieur le Préfet,

depuis le 9 juin, suite à votre décision, les migrants qui désiraient se rendre en train en direction de Paris sont, même munis de titres de transport, arrêtés par la PAF et conduits en Italie. Ces arrestations ont lieu même après que les personnes aient oblitéré leur billet. Nous vous avons donc depuis fait remarquer que ces billets, fort onéreux (plus de 100€), devaient être remboursés, car l’impossibilité de monter à bord du train n’était pas de leur fait.

Nous étions présents à la gare de Nice, avec un avocat, le 9 juin et avons pu obtenir le remboursement intégral de quelques billets après que la PAF eut apposé un tampon du Ministère de l’Intérieur sur ces documents, ainsi que la mention « Veuillez rembourser intégralement ». Sinon, la SNCF refusait d’y procéder. Continuer la lecture de Monsieur le Préfet, faites rembourser les billets !