Archives de catégorie : Ciné-débats associatifs

Ciné conférence « A l’ouest du Jourdain »

Ciné conférence organisée par le Cinéma de Beaulieu, France Palestine Solidarité, La ligue des Droits de l’Homme et Tous citoyens
Et l’aimable participation de L’ECLAT…!

Dimanche 2 juillet 2017 – 19 heures 30
Accueil du public : 19 heures
Réservation Cinéma de Beaulieu : 04 93 87 84 38
(Entrée : 8 € – Abonnement : 6 €)

Projection en avant première sur la Côte d’Azur du film
« A l’ouest du Jourdain » d’Amos Gitaï,
suivi d’un débat animé par :
– Jean-Marc Lévy-Leblond
Physicien et essayiste, professeur émérite de l’Université de Nice-Sophia Antipolis
Mission en Cisjordanie et à Gaza (novembre 2016), témoignage.
– Thomas Vescovi
Enseignant dans le secondaire, chercheur en histoire contemporaine. Il est l’auteur de Bienvenue en Palestine (Kairos, 2014) et La Mémoire de la Nakba en Israël (L’Harmattan, 2015). Il collabore à l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine) et à divers médias (L’Orient le jour, Middle East Eye, The Maghreb and Orient Courrier…).

 

Film tourné à bord de l’Aquarius de SOS Méditerranée

Jean-Paul Mari a embarqué à bord de l’«Aquarius» pour participer au sauvetage des migrants faisant naufrage au large des côtes libyennes. Il a rejoint SOS Méditerranée, une association de bénévoles qui tente de sauver le plus de vies possible dans cette portion de mer où ils se noient par milliers. C’est ainsi qu’il rencontre de véritables miraculés, exténués après un périple aussi long que dangereux.
les mogrants ne savent pas nager

Cinéma et migration

Aucun mur ,aucune mer,aucun barbelé ,aucune arme ,aucune violence ne peuvent longtemps nous isoler dans notre tour d’ivoire. Si l’indifférence est impossible, alors on peut remettre en question le grand silence individuel et citoyen.
Foyer Rural et d’autres habitants de notre verdoyante vallée ont voulu vous inviter pour un week end à regarder mais surtout à  réfléchir ensemble et peut être trouver les quelques gouttes d’eau à envoyer calmer cet incendie .
affiche cine'migrationOn s’espère nombreux dès vendredi soir au Prieuré

Merci patron !

Projection-débat proposée par les Amis du Diplo de Nice en partenariat avec  AdN,  attac06 et LDH .

Vendredi 1er avril à 20 h
Cinéma de Beaulieu sur mer

Le cinéma de Beaulieu est accessible en vélo, en bus(zone à 1 euro avec carte de 10 tickets), en train….et me souffle Anne So à pied, par beau temps, depuis Nice par le sentier du littoral ,c’est pas mal non plus!
Tarifs :
Avec carte d’ adhérent 5 € sinon Tarif unique 6 €.

merci patron
« Merci, patron ! »

de François Ruffin 
Le débat sera animé  par Pierre Rimbert  journaliste  au Monde diplomatique  dont il est aussi rédacteur en chef adjoint en juin 2010.
Sur Facebook
Sur le Monde diplo

Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne sœur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le cœur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

 

Ciné débat autour de Mediterranea

Mercredi 4 novembre 20 h- MJC Picaud Cannes La Bocca
Débat autour du film
Mediterranea

Débat animé par Amnesty International 06 et à confirmer, d’autres  membres du collectif06 de soutien aux Migrants réfugiés

mediterranea

Ayiva quitte le Burkina Faso, traverse la Méditerranée et rejoint le Sud de l’Italie.
Rapidement confronté à l’hostilité de la communauté locale, sa nouvelle vie s’avère difficile.
Mais Ayiva reste déterminé : ici sa vie sera meilleure, quel qu’en soit le prix.