Grand froid : lettre au préfet des Alpes -Maritimes

Nice, le 24 novembre 2016
Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes –
Cabinet du Préfet – 147, Bd du Mercantour – 06200 Nice

Objet : situation des réfugiés à la frontière italienne et dans le Département Alpes-Maritimes

Monsieur le préfet,
nous avons lu avec grande attention les 64 pages de l’instruction ministérielle DGS/DUS [ …]/2015/319/du 28 octobre 2015 telle que publiée à ce jour sur le site le ministère des affaires sociales et de la santé (mis à jour au 30-06-2016).

roya-neigeLe directeur général de la santé vous donne ses instructions, à travers le « Guide national relatif à la prévention et à la gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid 2015/2016 » , lequel « a pour objectifs de définir les actions à mettre en œuvre au niveau local et national pour détecter prévenir et limiter les effets sanitaires et sociaux liés aux températures de l’hiver et ses aspects collatéraux en portant une attention particulière aux populations vulnérables »
Vos instructions sont donc de détecter, prévenir et limiter.
Or, il se trouve que des bénévoles humanitaires de la Vallée de la Roya ont tenté, à leur façon, de prévenir et de limiter les effets de l’hiver en ouvrant un refuge pour les réfugiés en transit à St-Dalmas-de-Tende, jeudi 21 octobre et la seule réponse que vous leur avez apporté en liaison avec le Parquet, est : évacuation, fermeture et inculpations.
Dès lors, nous vous alertons solennellement sur les dangers imminents encourus dans l’ensemble du Département des Alpes-Maritimes et plus particulièrement dans les vallées frontalières, par les réfugiés qui s’y trouvent, parmi lesquels bon nombre de mineurs non accompagnés.
Monsieur le Préfet, nous sommes en mesure de répondre par anticipation aux remontées d’informations que sollicite l’administration centrale :

Fiche n° 6 – I remontées des informations sur les places disponibles : vous pouvez dès à présent indiquer à Mme la ministre : très largement insuffisantes.

Depuis plus de cinq ans, les associations locales impliquées dans l’accueil et l’aide aux sans abri vous ont informé à maintes reprises de cette situation critique ; elle s’est aggravée depuis la crise migratoire qui impacte fortement notre Département.

Fiche n° 6- II remontées des informations sur les décès.

Tout dépendra des mesures que vous allez prendre pour protéger la population en état de fragilité, donc, aussi, les réfugiés, mineurs ou pas et quel que soit leur statut juridique, car leur humanité prime sur la catégorie administrative dans laquelle vous pourriez les ranger.
A l’évidence, la seule action préventive qu’il vous appartient de mener, est d’ouvrir un ou plusieurs centres d’accueil des réfugiés, « population vulnérable » s’il en est.

Vous le savez, dans les vallées frontalières, dès le mois de novembre, le froid peut être mortel.

Dans l’attente d’une réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet à notre considération distinguée.

Signataires :Association pour la démocratie à Nice (ADN) ; Cimade 06 ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) Sections des Alpes-Maritimes et Comité régional PACA ; Médecins du Monde (MdM) ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP ). Comité Nice – Grasse ; Réseau éducation sans frontières (RESF) 06.

« Spartacus et Cassandra » à la Cinémathèque de Nice .

Spartacus et Cassandra
A la cinémathèque de Nice
Centre Acropolis,
3 Esplanade Kennedy, 06300 Nice
Téléphone : 04 92 04 06 66

Lundi 21 novembre à 18 h
  Entrée libre

 RESF06 interviendra dans le débat pour évoquer la situation des familles Roms à Nice
cassandra

Spartacus, jeune Rrom de 13 ans, et sa soeur Cassandra, 10 ans, sont recueillis dans le chapiteau-squat de Camille, une drôle de fée trapéziste qui prend soin d’eux, leur offre un toit et leur montre le chemin de l’école. Mais le cœur des enfants est déchiré entre l’avenir qui s’offre à eux et leurs parents qui vivent encore dans la rue.

Ioanis Nuguet a passé trois ans auprès des Rroms de Seine-Saint-Denis. A la froide observation de leur vie, le jeune cinéaste préfère un film documentaire à « hauteur d’enfants », constitué de la somme de leurs regards, sentiments, pensées… Son cinéma direct en plans séquences s’ouvre à la fantaisie, à la musique, au Super 8, aux photos et animations, libre comme le slam de Spartacus. L’histoire de deux enfants qui, au bout de l’engrenage judiciaire, comprennent qu’à défaut de pouvoir sauver leurs parents, ils peuvent décider de se sauver eux-mêmes. Cruel dilemme pour ces petits héros dignes des frères Grimm, qui vont apprendre ce qu’il en coûte de prendre leur destin en main, et d’abandonner leurs parents au bord du chemin… Ioanis Nuguet compose avec empathie un « conte documentaire » à la fois tendre et rude, réaliste et poétique. Où dépassant la fonction de sujets-témoins de l’enfance rrom, Spartacus et Cassandra nous offrent la possibilité d’expérimenter l’absolue singularité de leur vie. Et de devenir les témoins de leur combat pour trouver une place dans ce monde qui souvent les rejette, pour rompre avec cette fatalité qui voudrait qu’ils n’aient d’autre existence que celle qu’on leur réserve, à la lisière de la société. Etre enfant, comme leur dit Camille, c’est continuer de rêver à une vie meilleure.

Infos sur le film

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ADN

Notre assemblée générale annuelle se tiendra le mardi 13 décembre 2016 à 19H30 au local AdN, 4 rue de l’Ancien Sénat dans le Vieux-Nice.

logoadn Il est rappelé qu’en ce qui concerne les élections du CA, ne pourront voter que les adhérents à jour de leur cotisation. Il est possible de la régler le jour-même.

Les personnes qui ne pourront pas assister à l’AG peuvent donner ou envoyer leur pouvoir rempli et signé. Un maximum de 3 pouvoirs par personne présente est autorisé. Les candidatures au CA sont vivement souhaitées. Merci de nous rejoindre !

Comme de coutume, cette AG est aussi une occasion de passer ensemble une soirée conviviale autour d’un buffet partagé. Pensez à amener, dans la mesure de vos moyens, de quoi grignoter ou trinquer.

Vous trouverez ci-dessous le bulletin de renouvellement de cotisation pour l’année, ainsi que l’acte de candidature au Conseil d’Administration à remplir le cas échéant, ainsi qu’un pouvoir à remplir si nécessaire.

Le bulletin est ici.

 

« Les réfugiés dans la Roya : comprendre! »

« Les réfugiés dans la Roya : comprendre ! »
Samedi 19 novembre 2016 à 16h à la Ca de Breil.
Alors que Calais fait l’actualité, depuis un an environ, la région, et particulièrement notre vallée, sont confrontées à un afflux massif de réfugiés.
p1300112Après avoir risqué leur vie sur les routes et sur la mer, des milliers d’hommes, de femmes, et souvent d’enfants isolés, Érythréens, Soudanais notamment, se retrouvent bloqués à la frontière de Vintimille, sans espoir, sans issue. Certains veulent rejoindre un ami, une famille. D’autres ne veulent que passer en attendant que la situation leur permette de retourner chez eux, dans leur pays qu’ils ont dû quitter pour fuir la violence, la militarisation, la guerre ou la persécution.
Pour traverser la frontière, ils sont amenés à remonter dans la vallée de la Roya, souvent épuisés, parfois blessés, toujours affamés, dormant de ce fait dans des cavernes, sous des ponts…
Alors que nos gouvernements successifs portent une part de responsabilité indéniable dans cette situation, les pouvoirs publics refusent d’assumer leur devoir humanitaire et préfèrent se défausser sur des populations locales qui décident de porter assistance à personnes en danger.
Nous sommes en première ligne.
De nombreux habitants de Breil, de Saorge, de La Brigue, de Fontan, de Libre, ou encore de Tende, déjà engagés dans l’humanitaire à destination de Français de plus en plus nombreux à se retrouver dans le besoin, font preuve de solidarité en tentant d’apporter à leur échelle le secours indispensable à des êtres humains qui ne se retrouvent pas à notre porte par plaisir. Des distributions de repas sont organisées pour les réfugiés qui se trouvent à Vintimille, où les Italiens solidaires sont débordés. Certains dans la vallée recueillent des réfugiés égarés. Sofiane, enceinte, avec deux enfants en bas âge. Moura, 14 ans, les pieds ensanglantés, perdu le long de la voie ferrée. Soura, une soixantaine d’années… Les exemples ne manquent pas, aussi dramatiques les uns que les autres. Hommes, femmes, enfants de tout âge… Voilà la réalité.
Dans la vallée, il n’y pas a pas que des preuves de solidité. Alors que des élus participent à cette solidarité humanitaire, d’autres, comme Madame Boetti-Forestier, Conseillère Régionale, font part de leur opposition à cette solidarité au nom de la sécurité qui serait menacée ou encore d’un risque d’invasion…
L’immigration dans la vallée, nous connaissons. Des anciens racontent comment ils ont dû eux-m^mes prendre la route lorsqu’ils étaient enfant dans les années 40, chassés de Libre, de Breil, et d’autres communes voisines pour trouver refuge ailleurs. Nombreuses sont les familles locales qui savent ce que l’immigration veut dire, souvent originaires d’autres pays du bassin méditerranéen. Immigrés d’Italie, immigrés d’Algérie, immigrés tout court… La solidarité, nous connaissons pour en avoir profité. Aujourd’hui, pour la donner.
Nous décidons en tant qu’association d’initier le débat parmi la population de la vallée afin de comprendre cette situation, d’en dégager les responsabilités, de confronter les points de vue, de nous adresser tous ensemble à la préfecture, au gouvernement pour qu’il prenne ses responsabilités. Évidemment nous invitons à cette rencontre destinée à ouvrir le débat ceux qui sont à l’opposé de nos action de solidarité, telle Madame Boetti-Forestier, si elle le désire. En nous rencontrant directement, elle pourra constater que nous ne sommes que de simple citoyens, habitants de la vallée.Association Roya Citoyenne

Cinéma des artistes

Cinéma des artistes… M. Matray & A. Walther

Jeudi 17 novembre à 19h
 L’éclat en partenariat avec La Station

cinema-des-artistesCette soirée co-organisée par L’ECLAT et La Station, en écho à l’exposition Run Run Run de la Villa Arson, présente les réalisations filmiques de Alexia Walther et Maxime Matray qui collaborent depuis 2006. Leur premier film, Twist, a reçu le Grand prix du court-métrage français, Entrevues, Belfort (France) en 2006 et le Grand prix du festival Curta cinema, Rio de Janeiro (Brésil) en 2007. Alexia Walther, née en 1974 à Genève, est diplômée en 1999 de l’ESAV, École Supérieure d’Art Visuel de Genève, en section media-mixte. Maxime Matray, né en 1973 à Paris, est plasticien et auteur, diplômé en 1995 de la Villa Arson à Nice. Il est membre historique de La Station.

Villa Arson / 20 avenue Stephen Liégeard – 06100 Nice
Tram ligne 1 – arrêt « Le Ray » / Bus ligne 4 et 7 – arrêt « Deux Avenues »
Tél. 04.97.03.01.15 / Fax : 04.97.03.01.19

Infos