La prise en charge des jeunes mineurs dans le 06.

Le syndicat CGT, représentant les agents du FEAM, est alerté de plus en plus souvent par des décisions inadaptées et arbitraires de la direction de l’enfance du FEAM.
Il nous semble aujourd’hui important de dénoncer ouvertement ce fonctionnement qui a de lourdes conséquences sur la prise en charge des jeunes accueillis. Régulièrement, des jeunes sont déplacés d’une structure à une autre sans consultation des équipes concernées, sans explication ni au personnel, ni aux jeunes. Quel sens à notre travail aujourd’hui, quelle valeur le foyer de l’enfance à encore dans ses fondamentaux ???
Nous demandons aux personnels concernés, de ne plus accepter ces situations et de les dénoncer. A l’heure où le projet d’établissement devrait être réécrit, il nous semble primordial de remettre l’enfant, le jeune au centre de notre dispositif.
Nous sommes aussi confrontés aux décisions du Conseil Départemental qui met tout en œuvre pour que les jeunes mineurs isolés ne restent pas au sein de notre établissement. Nous apprenons que les jeunes en attente de voir le juge, ne sont même pas signalés aux greffes du tribunal. Il leur est demandé d’effectuer des tests osseux (très controversés par les spécialistes), leur extrait de naissance n’est pas pris en compte contrairement à la loi. Il est de notre responsabilité d’éducateur, de citoyen, d’humain de tout mettre en œuvre pour que les droits de ces jeunes soient respectés. Ils ont le droit de refuser ces tests, nous devons les en informer.
Nous demandons à notre direction de se positionner sur tous ces dysfonctionnements, et de mettre tout en œuvre pour que nous puissions ensemble retrouver le sens de notre travail, de notre éthique professionnelle.

Justice est faite .

Le tribunal administratif de Nice a annulé la décision de refus d’entrée de la police aux frontières pour Khalid Rawash. Le juge a décidé que le fait que la police lui ait refusé l’entrée en France et l’ait renvoyé en Tunisie, parce que inscrit dans un fichier, n’était pas justifié.
C’est donc une très bonne nouvelle pour mon ami Khalid, le juge a reconnu que la police n’avait aucun argument pour lui refuser l’entrée. Teresa

Rappel des faits

Les réfugiés en quête d’asile à Nice

Après le Jardin Estienne d’Orves d’où ils ont été évacués par la police (à la demande du maire de Nice) mercredi 24 mai, les réfugiés se sont installés pour la nuit sur la place du Palais de Justice. Après une tentative d’évacuation musclée par la police (1 réfugié aux urgences ; sortie avec minerve et épaule soutenue) ils sont partis le lendemain matin pour le jardin du Parc Vigier dans le quartier du port. La Mairie refusant de leur ouvrir, ils vont finalement s’installer un peu plus loin au jardin du Tribunal Administratif, 33bd Franck Pilatte. La police leur demande de se déplacer toutes les 2h30, en échange d’une promesse d’hébergement possible pour le soir. Ils sont finalement hébergés pour la journée par le Secours de Catholique de Nice, puis hébergés pour la nuit par des bénévoles et des associations.
Vendredi matin, les Refugiés ont effectué les démarches afin d’obtenir leurs convocations à la préfecture pour leurs demandes d’asile.

Toujours et encore des victimes des frontières

« Nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France, dans la façon dont nous mettons en place des moyens pour accueillir les demandeurs d’asile et ceux qui, ayant obtenu l’asile, deviennent des réfugiés », a déclaré Edouard Philippe.
                        Des actes, assez des paroles !

C’ est un jeune Gambien de 23 ans qui a perdu la vie le 12 juillet, heurté par un camion sur la via Aurelia entre la frontière et Vintimille. C’est malheureusement une route qu’empruntent à pied jour et nuit les migrants qui frôlent souvent les camions. Selon des témoins, il était seul et la police a indiqué qu’il avait été reconduit en Italie par la police française il y a quelques jours.

Encore une triste nouvelle: une autre victime des frontières . Mardi 13 mai Un jeune soudanais âgé de  à 18 ans est probablement mort noyé à Ventimille à l’embouchure de la Roya Les recherches sont en cours.

Un jeune Malien de 30 ans victime des frontières vendredi 19 mai.
Le mardi 23 mai au soir, c’est un Sénégalais qui décède, lui aussi dans le train.

 

La situation à Vintimille s’aggrave, et cela provoquera de plus en plus de drames dans l’indifférence de notre gouvernement.

Collecte pour les réfugiés bloqués à Vintimille

La nouvelle liste des besoins pour les réfugiés bloqués à Vintimille a été mise à jour.

Le local de Habitat & Citoyenneté n’étant plus disponible, nous cherchons un autre lieu à Nice.
Merci de ne donner que ce qui est indiqué sur la liste, propre et en bon état (les bénévoles qui se chargent du tri vous remercient !).

Plusieurs associations se mobilisent pour distribuer des repas tous les jours aux réfugiés sans hébergement à Vintimille, ce qui requiert des besoins spécifiques : pommes, pain, jus de fruits en mini-briques, fromage en portion, biscuits en sachets individuels, boites de thon, fruits secs, sachets plastique bio-dégradables, sopalin.

L’AdN participe à ces opérations humanitaires, et fait appel à votre solidarité et vous remercie soit d’apporter vos dons alimentaires (téléphonez-nous avant pour connaître le lieu), soit de nous adresser un chèque à l’ordre de AdN, 1 rue de la croix, 06300 Nice, en mentionnant au dos « don pour distribution alimentaire ».

La déclaration d’aide aux réfugiés :
Lien direct vers la tribune libre-pétition, « Déclaration d’aide aux réfugiés », publiée ce soir le 11/1/2017 dans le MONDE et initiée par Etienne Balibar (philosophe), Harry Bernas (physicien), Nancy Huston (écrivaine), Jean-Marc Lévy-Leblond (physicien):

Liste des premiers signataires :
Pétition à signer et à faire circuler