Les vrai-faux supporters d’Eric Ciotti

C’est une triste affaire dans laquelle le député Eric Ciotti joue le premier rôle. Ci-dessous, le courrier que nous lui avons envoyé ce jour, ainsi qu’une copie de la lettre qu’ont reçu certaines personnes domiciliées dans sa circonscription, bien malgré elles.

Monsieur Eric Ciotti,

Nous avons reçu ces derniers jours plusieurs signalements de citoyens et citoyennes domiciliées au sein de votre circonscription. Ceux-ci et celles-ci ont en effet reçu, à leur grand étonnement, un courrier de votre part affirmant qu’elles vous auraient personnellement adressé leurs « doléances liées aux  nuisances sonores et actes d’incivisme […] place Garibaldi, en raison de l’afflux des personnes sans domicile fixe, logeant sous les arcades ». Or, les personnes qui nous ont contacté affirment ne vous avoir jamais écrit à ce sujet, n’ayant même jamais souffert des troubles que vous énoncez.

Mais il y a, dans cette affaire, beaucoup plus grave : dans ce même courrier, daté du 27 août 2018, vous informez vos correspondants être de fait intervenu auprès du Maire de Nice et du Préfet des Alpes Maritimes, afin de demander à ces derniers de veiller à « leur salubrité publique » (sic) et « leur sécurité ». Or, ceci semble constituer à nos yeux une usurpation de l’identité des citoyens et citoyennes qui nous ont contacté, choqués, et dont l’honneur en est profondément affecté. Selon un témoignage que nous avons reçu, vous avez également adressé un courrier de même nature à des personnes décédées. Cette usurpation est d’autant plus sérieuse que votre lettre dispose de l’en-tête de l’Assemblée Nationale, d’où ce courrier a d’ailleurs été expédié. Pour rappel, le Code Pénal (Article 226-4-1) mentionne que « Le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende. »

Beaucoup de Niçoises et de Niçois, dont ceux et celles qui nous ont alerté, se désolent de la situation de précarité dans laquelle doivent vivre les plus démunis dans notre ville et notre département. Partageant nos valeurs de solidarité, ceux et celles ayant reçu ce courrier auraient préféré voir émerger de votre part une initiative visant à loger dignement les personnes devant vivre dans la rue, voire même effectuer un rappel très ferme de la loi SRU aux nombreux édiles de notre région qui ne la respectent pas (notamment la Ville de Nice).

Nous vous demandons donc de nous apporter au plus vite la preuve de la réalité matérielle de tous les courriers reçus auxquels vous faites référence dans ces lettres, et de bien vouloir alerter le Maire de Nice et le Préfet des Alpes Maritimes que la liste des personnes au nom desquelles vous prétendez intervenir est erronée, et de considérer, par là-même, votre intervention auprès d’eux comme nulle. Nous allons nous-mêmes envoyer une copie de ce courrier à ces deux personnes, ainsi qu’au Président de l’Assemblée Nationale et à la CNIL, afin de savoir si l’utilisation que vous avez pu faire des fichiers d’administrés (vivants et décédés) obéit à la plus stricte légalité. Après l’affaire des « faux électeurs » parisiens de M. Tiberi, espérons ici ne pas avoir affaire aux « faux supporters » niçois de M. Ciotti.

Nous attendons également de votre part des excuses publiques aux personnes mêlées, malgré elles, à cette démarche visant avant tout à stigmatiser toujours plus la pauvreté.
Veuillez recevoir, Monsieur Ciotti, l’assurance de nos salutations désapprobatrices.

Sa réponse via Nice matin : hallucinant !

CSF présente « Le poirier sauvage « .

 Vendredi 21 septembre  2018 à 20h
Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice

Le Poirier Sauvage
Film de Nuri Bilge Ceylan – Turquie – 2018 – 3h08 – vostf

Passionné de littérature, Sinan a toujours voulu être écrivain. De retour dans son village natal d’Anatolie, il met toute son énergie à trouver l’argent nécessaire pour être publié, mais les dettes de son père finissent par le rattraper…

la suite

Que se passe-il- avec les étudiants internationaux à Nice?

 

11-9-2018 De belles annonces.
 Regis Hoyer, directeur du CROUS Nice-Toulon, s’est « invité » à la réunion de mobilisation pour le relogement des étudiants étrangers menacés d’expulsion des résidences universitaires. La lutte menée depuis avant-hier par les étudiants concernés avec les 3 syndicats et la médiatisation commence à payer. Les procédures de demande de départ sont levées et les étudiants présents et qui sont à la rue seront relogés. «La politique du directeur du CROUS est de loger et je ne laisserai personne à la rue ».
La soirée se prolonge car syndicats et étudiants font le recensement de tous les étudiants concernés. Dans tous les témoignages entendus, un sentiment d’exclusion se fait sentir, bien que le directeur précise qu’il n’y a pas de quotas d’étudiants étrangers mais des contingents.
A suivre, pour que toutes les promesses deviennent réalités.

A suivre ……

La solidarité au tribunal.

LA SOLIDARITÉ EST UN DEVOIR, PAS UN DÉLIT !
Soyons nombreux et nombreuses à exprimer notre soutien aux amis accusé+es de solidarité
Report du procès de Raphaël Faye-Prio a été fixé au mercredi 5 décembre à 8h, cour d’appel d’Aix-en-Provence.
RDV mercredi 5 septembre 2018 – 8 h à la Cour d’appel d’ Aix en Provence pour soutenir Raphaël 
Lundi 2 octobre 2017 13h30 TGI de Nice /Raphaël
Raphaël, 19 ans,convoqué devant le tribunal correctionnel de Nice pour «aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière»
«Dimanche 25 juin 2017en soirée: Quatre personnes sont à la gare de Fontan-Saorge. Elles ont besoin d’être hébergées. Malheureusement, ce soir-là, à Saorge personne ne le pouvait. Il est impossible d’imaginer les laisser dormir dehors. Vers 22h30 Raphaël va donc les chercher. Ils lui disent qu’ils veulent rester en France.Il n’y a pas d’autre solution que de les amener chez Cédric Herrou où ils peuvent être hébergés dans des tentes. Il n’y a pas de frontière à passer. Il ne leur demande pas quelle est leur situation. C’est seulement à dix kilomètres.
Raphaël est arrêté par un barrage de gendarmes mobiles juste à la sortie de Breil. Il est menotté et amené à la gendarmerie de Breil avec ses quatre compagnons, puis placé en garde à vue jusqu’au lendemain 18h45. Il est informé qu’il est inculpé «d’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière.»
Réquisition du Procureur : 4 mois avec sursis
Raphaël et son avocat ayant fait appel, mercredi 5 septembre 8 heures la Cour d’appel d’Aix-en-Provence saura faire juste mesure et appliquer la règle de droit qu’a rappelé le Conseil constitutionnel : dans sa décision du 6 juillet dernier, il a consacré le principe à valeur constitutionnelle de fraternité en précisant qu’il découlait de ce principe la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national.
___________________________________________________________________________
Martine (membre d’Amnesty International – Anafé – RESF) est injustement poursuivie pour « délit de solidarité ».
Le procès prévu le 8 janvier 2018 a été reporté au jeudi 14 février à 13h suite à une demande de complémentaire
L’audience reportée au 11 avril, est de nouveau reportée aux 30 mai 13h 30 suite à la grève des avocats.
30 mai : la procureure demande la relaxe
audience le 13 juillet à 13h30 au TGI de Nice pour le délibéré
Compte rendu d’audience  par AdN
Victoire , délibéré vendredi 13 : Martine est relaxée .
Le parquet fait appel

___________________________________________________________________________Cedric Herrou
lundi 16 avril 2017
Tribunal de Grande Instance de Nice à 13h00.
L’audience prévue lundi a été reportée au 22 octobre à 13H30
Le 12 juin 2017, Cédric Herrou et d’autres membres de Roya citoyenne accompagnent, comme d’habitude, 80 demandeurs d’asile en gare de Breil-sur-Roya, pour qu’ils se rendent à Nice déposer leur demande d’asile. Le préfet mobilise la police ferroviaire et les gendarmes mobiles pour empêcher les demandeurs d’asile d’accéder au train, alors qu’une instruction interne à la SNCF du 5/10/2015 permet au chef d’escale de délivrer un billet à zéro euro pour les migrants. Roya citoyenne et Cédric Herrou décident donc de les accompagner à pied pour une marche de trois jours jusqu’à Nice.Par la suite, Cédric Herrou poste un message où il utilise le conditionnel sur sa page Facebook : « Peut-être que le préfet pourrait s’inspirer des accords avec la SNCF pour le transport des juifs pour transporter les demandeurs d’asile.»Le préfet a réagi en portant plainte pour injure publique ! Voilà donc ce qu’il a de nouveau trouvé pour s’acharner sur Cédric Herrou.Rappelons que les instructions de ce préfet ont été annulées à quatre reprises par le Tribunal administratif pour « entraves graves au droit d’asile » et pour « reconductions illégales de mineurs isolés en Italie ». 

 __________________________________________________________________________
TGI de Grasse :
Le 13 juillet 2015 , Claire  était venue avec d’autres membres de son association observer la situation des migrants en gare de Nice, en plein afflux de réfugiés. Sollicitée par un mineur puis par une jeune femme, elle avait décidé de les emmener à la gare suivante, à Antibes, pour les soustraire au contrôle policier exercé ce jour-là dans la gare de Nice. Dénoncée par un agent de la SNCF, elle avait été arrêtée, placée en garde à vue et son domicile perquisitionné.
18 décembre 2015 Claire a été  condamné  à 1 500 euros
2 décembre 2016 La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé l’amende de 1500 euros
_____________________________________________________________________

Mercredi 4 janvier 2017 13h30  –  Cédric Herrou
Le procureur a demandé 8 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve, confiscation du véhicule de l’association et utilisation de son véhicule limité aux heures de travail.
Rendu du délibéré du vendredi 10 février à 8h30.
3000 euros d’amende avec sursis simple
Appel  à Aix en Provence lundi 19 juin à 13h30
L’avocat général a requis 8 mois de prison avec sursis
Arrêt de la Cour d’appel  mardi 8 août à 8h30 :
Condamné  à quatre mois de prison avec sursis. La cour d’appel des Bouches-du-Rhône  le condamne pour « aide à l’immigration clandestine ».
Un pourvoi en cassation va être déposé
_____________________________________________________
V
endredi 6 janvier 2017 8h30 : Pierre-Alain Mannoni
Relaxé, mais le Parquet a fait appel .

Appel à Aix en Provence Lundi 26 juin 2017 à13h30

3  mois de prison avec sursis ont été requis par l’avocat général «C’est un citoyen ordinaire qui ne respecte pas le texte de loi en le connaissant très bien du fait de ses activités militantes», a estimé l’avocat général dans son réquisitoire, craignant également un «risque de réitération très important».
La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné lundi Pierre-Alain Mannoni à deux mois de prison avec sursis pour «aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’un étranger en France.»
L’ avocate se pourvoit en cassation
_____________________________________________________
Mercredi 8 février 2017 13h30   
– Le  procès de Ben à failli être reporté. Les 4 policiers victimes n’auraient pas été avisés. Finalement c’est bon, apparemment ils ont trouvé l’avis, ils ont bien été avisés, le dossier va être plaidé aujourd’hui. Les policiers vont arriver, on attend… En fait, les policiers ne viendront pas. Le procureur demande 80 jours-amende à 10 euros.

Rendu du Délibéré  vendredi 3 mars 8h30.
Condamné à 750 euros pour  « outrage à agent dépositaire de la force publique » alors qu’il réalisait un reportage sur un groupe de 200 migrants à la frontière franco-italienne le 5 août dernier.
_____________________________________________________16 février  – 12h30   Félix  Italie :Tribunal d’Imperia
16 mars 2017  :
réquisition de la procureure du Tribunal d’Imperia – 3 ans et 4 mois de prison et 50 000 € d’amende.
Les avocates ont plaidé la relaxe avec brio .
Verdict :  jeudi 27 avril : Relaxé

Motivation écrite du collège de juges d’Imperia présidé par Donatella Aschero.
La procureure a  fait appel nous informe la presse en janvier 2018
____________________________________________________Mardi 4 avril 2017 13h30  
–   Francesca Peirotti
Le procureur a demandé 8 mois de prison avec sursis et 2 ans
d’interdiction du territoire  français.

Délibéré vendredi 19 mai à 8h30
Le tribunal s’en est tenu à une peine de 1000€, pour aide à l’entrée irrégulière sur le territoire français et détention de cannabis.
Appel lundi 4 juin 13h30 Cour d’appel D’Aix en Provence :
Condamnée à 1000 euros d’amende en première instance, Francesca a été condamnée à 6 mois de prison avec sursis et 5 ans d’interdiction du territoire des Alpes maritime en Appel. Elle va bien et est déterminée à continuer à se battre. Elle fera une déclaration elle mème aujourd’hui ou demain.
__________________________________________________

Nice : Prévue Lundi 24 avril 201713h 30. –   Eric et Marie Rose :  Reporté
L’avocat n’ayant pas reçu le dossier, le procès est reporté à une date ultérieure pas encore fixée.
___________________________________________________
Mardi 16 mai 2017 13h30    –   Françoise, René,  Gérard et Dan.  Le parquet a requis à leur encontre 800 euros d’amende avec sursis.

Le jugement a été mis en délibéré au 23 juin 8h30
Relaxés pour aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière, mais condamnés à 800€ avec sursis pour aide à la circulation.
MERCREDI 15 NOVEMBRE 8H Jugement en appel à AIX

800 euros d »amende avec sursis requis
13 décembre 2017 : Ce matin à 8h à Aix le Jugement en appel de Françoise, René,  Gérard et Dan est confirmé : 800 € avec sursis.
Ils se pourvoient en cassation.
___________________________________________________

Lundi 2 octobre 2017 13h30 TGI de Nice /Raphael
Raphaël, 19 ans,convoqué devant le tribunal correctionnel de Nice pour «aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière»
«Dimanche 25 juin 2017en soirée: Quatre personnes sont à la gare de Fontan-Saorge. Elles ont besoin d’être hébergées. Malheureusement, ce soir-là, à Saorge personne ne le pouvait. Il est impossible d’imaginer les laisser dormir dehors. Vers 22h30 Raphaël va donc les chercher. Ils lui disent qu’ils veulent rester en France.Il n’y a pas d’autre solution que de les amener chez Cédric Herrou où ils peuvent être hébergés dans des tentes. Il n’y a pas de frontière à passer. Il ne leur demande pas quelle est leur situation. C’est seulement à dix kilomètres.
Raphaël est arrêté par un barrage de gendarmes mobiles juste à la sortie de Breil. Il est menotté et amené à la gendarmerie de Breil avec ses quatre compagnons, puis placé en garde à vue jusqu’au lendemain 18h45. Il est informé qu’il est inculpé «d’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière.»
Réquisition du Procureur : 4 mois avec sursis
Raphaël et son avocat ayant fait appel, mercredi 5 septembre 8 heures la Cour d’appel d’Aix-en-Provence saura faire juste mesure et appliquer la règle de droit qu’a rappelé le Conseil constitutionnel : dans sa décision du 6 juillet dernier, il a consacré le principe à valeur constitutionnelle de fraternité en précisant qu’il découlait de ce principe la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national.


Cedric Herrou ; lundi 16 avril 2017
Tribunal de Grande Instance de Nice à 13h00.
L’audience prévue lundi a été reportée au 22 octobre à 13H30
Le 12 juin 2017, Cédric Herrou et d’autres membres de Roya citoyenne accompagnent, comme d’habitude, 80 demandeurs d’asile en gare de Breil-sur-Roya, pour qu’ils se rendent à Nice déposer leur demande d’asile. Le préfet mobilise la police ferroviaire et les gendarmes mobiles pour empêcher les demandeurs d’asile d’accéder au train, alors qu’une instruction interne à la SNCF du 5/10/2015 permet au chef d’escale de délivrer un billet à zéro euro pour les migrants. Roya citoyenne et Cédric Herrou décident donc de les accompagner à pied pour une marche de trois jours jusqu’à Nice.Par la suite, Cédric Herrou poste un message où il utilise le conditionnel sur sa page Facebook : « Peut-être que le préfet pourrait s’inspirer des accords avec la SNCF pour le transport des juifs pour transporter les demandeurs d’asile.»Le préfet a réagi en portant plainte pour injure publique ! Voilà donc ce qu’il a de nouveau trouvé pour s’acharner sur Cédric Herrou.Rappelons que les instructions de ce préfet ont été annulées à quatre reprises par le Tribunal administratif pour « entraves graves au droit d’asile » et pour « reconductions illégales de mineurs isolés en Italie ».
__________________________________________________________________________

Participez à la cagnotte solidaire pour faire face aux frais de justice et faites tourner !