La frontière de tous les dangers.

« Nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France, dans la façon dont nous mettons en place des moyens pour accueillir les demandeurs d’asile et ceux qui, ayant obtenu l’asile, deviennent des réfugiés », a déclaré Edouard Philippe.
Des actes, assez des paroles !

Depuis la fermeture de la frontière en juin 2015, de nombreux réfugiés ont péri en tentant de la franchir.

06/09/2016 : un jeune homme d’origine africaine chute depuis le viaduc de Ste Agnès en tentant d’échapper aux forces de l’ordre.

07/10/2016 : Milet, 17 ans et Erythréenne est percutée par un camion sur l’autoroute.

21/10/2016 : un jeune homme est percuté par une voiture sur l’autoroute A8.

22/11/2016 : Alimonu Kingsley, Nigérian de 23 ans, se noie, emporté par la Roya.

23/12/2016 : un jeune algérien d’environ 25 ans est percuté par un train à Latte.

04/01/2017 : Mohammad Hani, Lybien de 26 ans, est percuté par un scooter à Vintimille.

05/02/2017 : Un jeune homme nord-africain, entre 20 et 25 ans, est percuté par un train dans le tunnel de Dogana.

17/02/2017 : un homme est électrocuté sur le toit du train venant de Vintimille. Il est retrouvé au centre de maintenance de Cannes La Bocca.

19/03/2016 : un homme africain, hébergé au camp géré par la Croix Rouge Italienne, tombe du Pas de la Mort. Son corps est retrouvé le 21 mars.

19/05/2017 : Un homme malien de 30 ans est électrocuté dans le compartiment technique du train venant de Vintimille.

23/05/2017 : Un homme sénégalais est retrouvé électrocuté dans le compartiment technique du train venant de Vintimille.

13/06/2017 : un jeune soudanais âgé de 16 ans meurt noyé à Vintimille, dans la mer, à l’embouchure de la Roya.

12/07/2017 : un jeune Gambien de 23 ans, heurté par un camion sur la via Aurelia entre la frontière et Vintimille. Selon des témoins, il était seul et la police a indiqué qu’il avait été reconduit en Italie par la police française il y a quelques jours.

16/08/2017 : un homme Irakien de 36 ans, heurté par un train dans le tunnel de Peglia.

26/08/2017 : un homme de 25 ans est retrouvé électrocuté dans le compartiment technique du train venant de Vintimille.

27/12/2017 : un jeune homme d’une vingtaine d’années, d’origine africaine, est retrouvé mort sur un talus de l’autoroute, après avoir chuté pendant son sommeil depuis la cabane abandonnée où il dormait en surplomb de l’A8 au niveau de Roquebrune-Cap-Martin.

14/01/2018
Un migrant  qui pourrait étre de nationalité Gambienne,  a été retrouvé matin décédé par électrocution en gare de Menton (Alpes-Maritimes), sur le toit de la locomotive d’un train en provenance de Vintimille (Italie). Les pompiers sont intervenus vers 6h00 pour prendre en charge la victime, précise le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), Il s’était allongé au niveau de la caténaire et a subi de ce fait un arceau électrique qui l’a brûlé par électrocution, précise la police.
Trois détonations avaient été entendues par les passagers et le conducteur du train peu après le départ de Vintimille (Italie), des témoins apercevant aussi des flammes, mais l’arrêt n’a été possible qu’en gare de Menton.

De nombreux autres migrants ont été blessés, parfois très gravement lors du passage de la frontière, et ont été accueillis dans des hôpitaux français et italiens.

« Nous devons être plus déterminés à intercéder auprès des puissants, dont tu es une autre victime, afin qu’ils se préoccupent de la vie humaine, des personnes pauvres, de la paix et de la justice globale et pas seulement des intérêts économiques et du bien être d’un petit nombre. » – Omélie du Père Don Rito lors des obsèques de Milet.

Expo photo « Europe, ouvre-toi ! »

L’expo/reportage photo AdN sur la situation des réfugiés bloqués à Vintimille, depuis juin 2015 jusqu’à maintenant.
Le reportage de France 3 qui lui fut consacré est accessible ici.
Si vous souhaiter l’exposer dans votre lieu, contactez nous.

Previous Image
Next Image

info heading

info content

 

Actuellement chez Emmaüs
158 Chemin des Arnaud, 06730 Saint-André-de-la-Roche

 

Lieux d’exposition précédents:

  • A la Trinquette à Villefranche sur mer du 15 novembre au 17 décembre
  • Congrès  annuel du Syndicat de la Magistrature à l’ université de Nice – Campus St jean d’Angely ,24 novembre.
  • Université Ensemble 06, Nice, 28-31 octobre 2017
  • Festival « Et voi(x)(e)(s) la! », La Tour sur Tinée, 22 octobre 2017
  • Forum Social Départemental 06, Nice, 13 octobre 2017
  • Festival Sept-Off de la Photographie, Nice, 23 septembre – 14 octobre 2017
  • Rencontres de Venanson, 1er octobre 2017
  • Concert des « Motivés », Le Broc, 22 septembre 2017
  • Festival Bugada, Villefranche-sur-mer, 22 septembre 2017
  • Ca de Breil sur Roya 25 avril-5 mai 2017
  • Théâtre National, Nice, 24 février-17 mars 2017
  • Eglise Sacré-Coeur, Nice, 11 décembre 2016
  • Café Court-Circuit, Nice, 4-18 décembre 2016
  • Fête du Château, Nice, 25-26 juin 2016
  • Nuit Debout, Nice, 17 juin 2016
  • Actes, Nice, 17 juin 2016
  • Forum Social Départemental 06, Nice, 23-27 mars 2016
  • Projection du film « Mediterranea », Beaulieu-sur-Mer, 9 octobre 2015
  • Projection du film « Mediterranea », Mouans Sartoux, 2 octobre 2015

Les militants en Italie poursuivis par la justice.

En Italie, la justice poursuit de nombreux manifestants connus, certains ont été interdits de séjour à Vintimille et dans les alentours.  Les convocations au Tribunal s’intensifient.

Mardi, alors que je me rendais au Tribunal pour soutenir mon ami Gianni, j’ai été arrêtée par la police italienne qui m’a remis deux assignations pour avoir participé à deux « manifestations non autorisées et qui ont bloqué la circulation les 2 et 3 juillet 2016 ainsi que le 7 août 2016 ». J’ai  tout de même pu rejoindre la tribunal et assister  à l’audience .

Mardi 9 janvier – Tribunal d’Imperia

Gianni B. est convoqué pour répondre d’un acte de résistance commis à Vintimille le 4 octobre 2015. En Italie, les procès se font en deux temps : une première convocation pour l’accusation, et la seconde pour la défense. Nous étions plusieurs français et Italiens présents pour le soutenir.

Pour l’accusation, à la barre, l’officier A.T. : « Il y avait une manifestation devant la gare de Vintimille ; je ne me souviens pas si elle était autorisée ou pas. Je monte sur les marches de la gare pour évaluer la situation, j’étais en civil. A ce moment, j’ai été poussé dans le dos par G.B. Je n’ai pas compris ce geste, car je sais que ce n’est pas un homme violent. Nous ne sommes pas intervenus de suite pour l’identifier, car je le connais. La manifestation se déplace, et je vois G.B. seul. Je me suis rapproché pour lui demander pourquoi il avait fait ce geste et il s’échappe en hurlant : «  la police me frappe …. ». Des gens sont arrivés, on leur a dit que la police, c’était nous. Je le mets dans la voiture pour le conduire au poste de police. Il a réagi à coups de pieds, me frappant moi et mes collègues, et on l’a fait monter. Il était peut-être éméché. Pas de blessures, ensuite il s’est calmé. »

La juge commente la photo prise par les cameras vidéos de la gare : « on voit qu’il pousse dans le dos et qu’il se retourne comme pour lui dire quelque chose tandis que l’inspecteur semble ne pas répondre ».
L’inspecteur : « Je ne me souviens pas de ce que G.B m’a dit lorsqu’il m’a poussé, il y avait une grande tension suite au démantèlement du camp [NB : des migrants] des Rochers. Je l’ai suivi aussi parce que je pensais qu’il pouvait avoir quelque chose sur lui « .

La suite avec la défense et le réquisitoire du procureur : mardi 17 juillet 2018 à 11h au Tribunal d’Imperia .

Teresa Maffeis

Cinéma Sans Frontières présente Makala.

Vendredi 12 Janvier 2018 à 20h30
Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice
MALAKA
Documentaire de Emmanuel Gras – France – 2017 – 1h36

Au Congo, un jeune villageois espère offrir un avenir meilleur à sa famille. Il a comme ressources ses bras, la brousse environnante et une volonté tenace. Parti sur des routes dangereuses et épuisantes pour vendre le fruit de son travail, il découvrira la valeur de son effort et le prix de ses rêves.
« Le documentaire est un genre extrêmement large, allant du reportage journalistique, au documentaire d’auteur et informatif jusqu’à la forme expérimentale. Je pourrais dire que je suis cinéaste avant d’être documentariste mais je tiens à défendre un documentaire qui puisse être de cette forme-là qui est en réalité une démarche de cinéaste. Je pense que si l’on est trop éthique, on ne fait pas de documentaire. Car en réalité, pour un documentaire comme Makala, je pense que le réalisateur raconte davantage son propre point de vue sur les choses que la réalité qu’il est en train de voir. Je rends compte pour ma part de la réalité que j’ai vu en accentuant ce qui m’a le plus touché et en en occultant d’autres qui auraient expliqué la situation sociale. Lorsque l’on ajoute ensuite là-dessus de l’éthique ou de la morale, cela devient très vite compliqué. Il n’y a pas de règle qui définisse la limite de ce qui est éthique : tout dépend de sa propre sensibilité. » (Emmanuel Gras)

Infos

Zéro Phyto :Ciné débat en présence du réalisateur.

Ciné-échange en présence du réalisateur du documentaire Guillaume Bodin
A Cinéma  Mercury de Nice mercredi 17 janvier à 20h30.

SYNOPSIS
Les cantines biologiques se développent presque aussi rapidement que l’arrêt des pesticides dans les communes françaises. Des femmes et des hommes, conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, agissent pour des paysages en transition au travers d’initiatives vertueuses !

PLUS D’INFORMATIONS
Après Insecticide mon amour, le réalisateur Guillaume Bodin présente Zéro phyto 100% bio, son nouveau documentaire. Une enquête passionnante sur plusieurs communes françaises qui n’ont pas attendu l’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 de la loi Labbé interdisant l’utilisation de pesticides dans les espaces publics pour changer leurs pratiques. Ce film met aussi en avant les pionniers de la restauration collective biologique et leurs partenaires : associations, entreprises, agriculteurs, ingénieurs, artisans qui ensemble contribuent à l’amélioration de la qualité des repas dans les collectivités. Les associations Générations Futures, Bio Consom’acteurs et Agir Pour l’Environnement sont à l’initiative de ce projet.

UNE PETITE RÉVOLUTION EST EN MARCHE DANS LA GESTION DES ESPACES VERTS.
À Versailles, Miramas, Grande-Synthe, Langouët et Laurenan, la présence de pesticides chimiques de synthèse dans les espaces publics est déjà de l’histoire ancienne. À budget constant, voire inférieur, ces villes et villages arrivent à maîtriser les herbes folles autrement et fleurir ou cultiver des surfaces auparavant inutilisées. Cette dynamique écologique renforce les liens sociaux, permet de préserver la santé des techniciens comme des citoyens et engendre d’autres projets, notamment culturels.

Privilégier les espèces vivaces et endémiques, aider les professionnels et les citoyens à adopter de nouveaux réflexes, inciter les entreprises à innover pour mieux répondre aux nouvelles pratiques paysagères sont autant d’actions qui participent à une gestion écologique globale des villes, tout en respectant la santé des habitants.

DU 100% LOCAL ET BIOLOGIQUE DANS LA RESTAURATION COLLECTIVE, C’EST POSSIBLE !
Le projet de loi imposant 20 % de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective n’a pas été adopté au Sénat, mais cela n’a pas empêché certaines communes de prendre les devants.
À Mouans-Sartoux, la régie agricole municipale répond à l’essentiel des besoins alimentaires de la commune. Le reste est fourni par des fermes biologiques locales.
À Langouët comme à Paris, dans les 2e et 5e arrondissements, les élus ont adopté des mesures drastiques pour améliorer la qualité des repas et collaborent étroitement avec des agriculteurs bio et des associations de leur région.
Comme le dit le maire de Barjac, « nourrir, c’est aimer », alors pourquoi « lésiner » quand il s’agit de nourrir nos enfants ? Les populations des hôpitaux, des prisons, des écoles ou des maisons de retraite n’ont-elles pas droit à une alimentation saine et de qualité ?

Conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, ces acteurs de terrain ne livrent pas de solutions toutes prêtes, mais décrivent plutôt les étapes qu’ils ont franchies pour mener à bien leurs projets. Leur expérience montre que toutes les communes, quelles que soient leur taille et leur couleur politique, peuvent changer leurs pratiques.

Flyers et affiche à télécharger ici ►► www.dahu.bio/evenements/projections/279-zero-phyto-100-bio-a-nice
Nombreuses infos sur le site du cinéma https://mercury.departement06.fr/Sur le site du film www.0phyto-100pour100bio.fr
Toutes les avant-premières www.dahu.bio/evenements