La vidéosurveillance, M Estrosi et le baron Haussmann.

La vidéosurveillance, M Estrosi et le baron Haussmann

A la fin du 19ème siècle, le baron Haussmann entreprenait de créer de larges avenues dans une capitale encore entravée par un urbanisme étriqué ; il apparut très rapidement que derrière cette opération d’urbanisme se cachait aussi la volonté de faciliter la répression des mouvements sociaux en particulier grâce à une utilisation plus efficace de l’artillerie.

Lundi 24 juillet, après son arrivée en gare de Nice, un groupe de réfugiés, majoritairement originaires du Soudan, entreprend de visiter la ville ; alors qu’ils se présentent devant le jardin de la promenade du Paillon, les employés municipaux leur ferment les portes au nez, signifiant ainsi une certaine forme d’apartheid pas très étonnant dans une ville jumelée avec Le Cap aux beaux jours de l’apartheid.

Nul besoin pour la mairie de faire suivre le groupe par un mouchard : les 2000 caméras de vidéosurveillance qui ont amplement démontré leur inutilité a empêcher assassinats et rapines, ont permis de pister le groupe et de prévenir les gardiens du jardin. Un exemple très éclairant de l’utilisation haussmannienne de la vidéosurveillance comme outil de répression des mouvements de défense des droits de l’Homme et, plus largement, des mouvements sociaux.

LDH Nice

Pour que le gouvernement mette fin aux violations des droits des migrants et des réfugiés.

Communiqué de presse – 26 juillet 2017

Frontière franco-italienne : le Gouvernement doit mettre un terme immédiat aux pratiques illégales et aux violations des droits des personnes migrantes et réfugiées (Paris, Nice le 26/07/2017)

Amnesty International, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières et Secours Catholique Caritas France demandent au Gouvernement un terme immédiat aux pratiques illégales et aux violations des droits des personnes migrantes et réfugiées. En dépit d’appels répétés de nos organisations à rétablir le respect du droit à la frontière avec l’Italie, le Gouvernement persiste à maintenir des contrôles qui bafouent la loi française et les droits des personnes migrantes et réfugiées.

Malgré une alerte lancée en avril dernier à Nice, en lien avec les acteurs locaux, et une demande explicite d’intervention du Président de la République au mois de juin, les autorités françaises continuent de faire la sourde oreille.

Nos organisations dénoncent une nouvelle fois une situation qui se détériore gravement par l’effet même des actions entreprises par l’État.

Elles demandent de toute urgence l’adoption des mesures suivantes
– Cesser immédiatement les renvois illégaux des personnes depuis la France vers l’Italie.
– Permettre aux personnes qui franchissent la frontière d’accéder à leurs droits, notamment celui de solliciter l’asile, conformément à ce que prévoient la législation française et les règles européennes et internationales.
– Protéger sans condition les mineurs non accompagnés qui franchissent la frontière au titre de la protection de l’enfance.
– Ouvrir un lieu de répit et de mise à l’abri pour faire face à l’urgence en attendant la mise en place d’une véritable politique d’accueil des personnes en demande d’asile sur le territoire français.
– Mettre un terme aux actions entreprises qui visent à intimider et entraver l’action des citoyens et des associations qui aident les migrants et réfugiés.

La situation actuelle à la frontière franco-italienne et ces recommandations rendent d’autant plus incontournable l’organisation d’une conférence nationale sur les migrations comme l’ont demandé récemment et à deux reprises un large collectif d’associations.

Il est urgent et indispensable que soit posée une analyse précise sur l’accueil des personnes étrangères en France et envisagées sereinement les façons de construire une politique respectueuse des obligations de la France en matière d’accueil et de respect des droits humains.

Complément d’information
L’arrestation massive de 156 personnes migrantes (dont plusieurs mineurs) en gare de Cannes le lundi 24 juillet illustre parfaitement les atteintes quotidiennes qui sont portées aux droits fondamentaux de ces personnes par les services de l’Etat. Alors qu’elles se trouvaient déjà sur le territoire français et souhaitaient déposer leur demande d’asile dans différentes villes de France, ces personnes exilées majoritairement du Soudan ont été ramenées à la frontière et remises aux autorités italiennes en violation des textes européens et internationaux.
La pression permanente que les autorités entretiennent sur les personnes qui franchissent la frontière a des conséquences directes sur leur santé physique et psychique. Pourchassées par les forces de l’ordre, elles prennent de plus en plus de risques pour venir en France alors que nombre d’entre elles ont déjà fui des situations catastrophiques dans leurs pays d’origine et subi de lourds traumatismes en route. Récemment, poursuivi par les forces de l’ordre, un jeune homme s’est jeté dans le vide, se fracturant les deux jambes.

Liste des associations signataires
Italie  –       Amnesty International Italia- Caritas diocesana Ventimiglia – SanRemo-  Intersos-  MSF – OCB, Mission Italie

France–  Association pour la démocratie à Nice (AdN)-  Anafé-       Citoyens solidaires 06- LDH Nice  – La Pastorale des Migrants Nice-    Roya Citoyenne

 

Le droit d’association et la solidarité attaqués.

Pour des raisons administratives internes au tribunal, le procès du 18 juillet est reporté à une date ultérieure non précisée (pas avant le mois de septembre au plus tôt).

Cependant, dans le contexte de ce climat de harcèlement politique,
policier et judiciaire, Roya citoyenne et les avocats qui la défendent
ont décidé de maintenir une conférence de presse devant la Palais de Justice de Nice à 9 heures le matin du mardi 18 juillet.

COMMUNIQUE DE PRESSE, Roya citoyenne, le 12 juillet 2017.
     Le droit d’association et la solidarité attaqués

Suite à une plainte déposée par le candidat soutenu par le Front National aux législatives, Olivier Bettati, relayée par une association, créée pour la circonstance, dénommée « Défendre la Roya », l’association Roya citoyenne est citée à comparaître devant le Tribunal de Nice ce mardi 18 juillet 2017 à 9 heures.

Dans l’acte d’accusation qui repose sur des appréciations mensongères et fantaisistes, ils demandent la dissolution de Roya citoyenne et 5 000 € au titre de l’article 700 du Code de procédure civile. Il s’agit là d’une remise en cause très grave de toute action de solidarité envers des personnes en danger, mais aussi du droit d’association.

Fuyant les guerres et les dictatures dans leur pays, de nombreux réfugiés, bloqués à la frontière franco-italienne, prennent tous les risques pour la franchir malgré un imposant dispositif militaire et policier (une quinzaine de morts et de blessés en un an).

Des citoyens bénévoles réunis au sein de l’association Roya citoyenne font ce qu’ils peuvent pour les accueillir, les soigner, les héberger et les aider à faire valoir leurs droits fondamentaux, droit de protection de l’enfance et droit d’asile, constamment bafoués par les forces de police.

Malgré les menaces et les nombreuses violations du droit que l’État et le Préfet ne peuvent ignorer, des progrès ont été obtenus et Roya citoyenne continue de se substituer aux carences de l’État.

C’est cela qui est insupportable pour l’extrême droite, et cette attaque sur le plan judiciaire s’inscrit dans un dangereux contexte de menaces et d’agressions, comme en témoignent les menaces de mort reçues par notre avocate Mireille Damiano, que nous assurons de notre total soutien.

Forts de notre bon droit, nous sommes confiants dans la justice, car, au-delà de cette attaque contre la solidarité, c’est le droit même d’association qui est remis en cause.

Dans l’enceinte du Tribunal de Grande Instance, par l’intermédiaire de nos avocats, deux conceptions différentes de la société vont s’affronter .

 

Une histoire tristement quotidienne.

Malgré 2 mois bloquée en Italie Fatou vient de m’annoncer toute heureuse qu’elle a eu son bac avec mention. Voici son Histoire tristement quotidienne.

Fatoumata (appelons la Fatou) est de nationalité sénégalaise. Mais Fatou n’a jamais vu le Sénégal. Elle est née en Italie dans une grande ville du nord . Depuis 5 ans, elle vit dans une grande ville du sud de la France , avec sa mère, depuis la séparation de ses parents. Inscrite dans un lycée de la ville, elle est en terminale et a de bons résultats scolaires.
En février 2017, elle doit renouveler sa carte de libre circulation en Europe et retourne en Italie. Elle en profitera pour voir son père et passera quelques jours dans une famille qu’elle a connue dans son enfance.
On lui déclare, quand elle fait sa demande de renouvellement, que la carte n’arrivera que dans quelques semaines à son adresse en France, mais qu’on lui délivre un récépissé qui lui permettra de circuler librement.
Les vacances finies elle retourne en France. Ou plutôt, elle prend la direction de la France…. Où elle ne pourra entrer.
A la frontière de Menton, elle rencontre un groupe de policiers qui l’interpellent puisqu’elle est « de couleur ».
On examine ses papiers.
La plupart des policiers sont prêts à lui permettre l’accès au pays. Sauf que… Sauf que celui qui semble être, selon Fatou, le chef du peloton ne l’entend pas ainsi et lui interdit l’accès. Il lui ordonne ensuite de prendre ses affaires (deux grosses valises) et de se débrouiller pour retourner d’où elle vient. Comme elle prend quelques instants pour retrouver ses esprits et se préparer à partir, le pandore obtus lui enjoint de « se dépêcher » et la menace de sa matraque.
« J’ai marché 5 heures en direction de Vintimille, et j’ai longtemps cherché à revenir chez mes amis en Italie.
Pendant un mois, elle ne peut suivre ses cours et RESF 13 nous informe de sa situation. Démarches auprès des avocats, constitution d’un dossier.
Nous sommes allés chercher Fatou à Imperia où ses amis l’avaient amenée afin qu’elle ne subisse pas une nouvelle arrestation.
Nous avons passé la frontière à La Turbie sans encombre. Si Fatou avait pris le train, elle aurait sans doute connu plus d‘ennuis.
Après le péage de La Turbie, en regardant le groupe de policiers, Fatou s’est écriée : « il est là le monsieur qui m’a empêché de rentrer en France le mois dernier ».
Sourires condescendants pour ce fonctionnaire zélé. RESF06