Archives de catégorie : ACTUALITE

« L’oeuf dure » de Rémi Lange au Mercury

Vendredi 30 août à 20h30 au cinéma Mercury à Nice

***SEANCE SPECIALE IN&OUT en partenariat avec AdN***
L’ŒUF DURE de Rémi Lange, en présence du réalisateur et de son comédien Dafy Adriano.

« Le propos est caustique, drôle, et d’une belle intelligence (….). Voilà donc un film absolument jubilatoire, d’une poésie très touchante qui rend hommage à toutes les formes de différences dans notre société. » Avoir-Alire https://www.avoir-alire.com/l-oeuf-dur-la-critique-du-film

Après « Omelette » et « Les yeux brouillés » tournés avec une caméra super8, voici, à l’heure de la HD, le troisième volet des journaux filmés de Rémi Lange. Ou comment parler différemment de PMA et d’homoparentalité.

LE FILM
Rémi rencontre Dino, un jeune artiste marseillais qui tombe amoureux de lui. Peu après leur rencontre, Dino annonce à Rémi qu’il veut un enfant. La difficulté est alors de trouver une femme qui accepte à la fois de leur faire un enfant… et d’être filmée, de la rencontre à l’accouchement !

La bande-annonce du film : https://www.youtube.com/watch?v=H5vtgXhlyg8

Café de Turin : Pas de chaise pour Geneviève Legay !

On nous communique :
ATTAC 06

POSITIONNEMENT PRO-SOUCHI DU CAFE DE TURIN – PLACE GARIBALDI – NICE

Café de Turin : pas de chaise pour Geneviève Legay ? OK, pratiquons la politique de la chaise vide …

HDimanche 28 janvier, lors de l’action de reconstitution de l’agression de Geneviève Legay et de la remise des médailles de la honte, nous avons demandé au café de Turin de nous prêter une chaise pour que Geneviève, qui était présente, puisse s’assoir, puisqu’elle est encore très faible. 

Le patron du café a refusé et a affirmé soutenir Rabah Souchi et les violences policières commises.

Nous appelons donc l’ensemble des citoyen.ne.s niçois.e.s et touristes à faire passer ce message et à adapter leur consommation en connaissance de cause…

Appel à la libération de Mohammad Rasoulof – signez la pétition.

Déjà en 2011, l’AdN et d’autres associations de Nice (Cinéma sans Frontières (CSF), Regard Indépendant, Héliotrope, Polychromes, Amnesty International – Nice, Les Ouvreurs (In&Out), Cinéma Lusophone, Les Méduses) s’étaient mobilisées en faveur de Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof (à droite sur la photo – Festival de Cannes 2013).

APPEL A LA LIBERATION DU CINEASTE Mohammad Rasoulof

Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, Prix Un certain regard Cannes 2017 pour son film « Un homme intègre » a été privé de sa liberté de circuler et de travailler depuis septembre 2017.

Le 23 juillet, il a été condamné à 1 an de prison ferme, suivi de 2 ans d’interdiction de se livrer à la moindre activité sociale et politique.
Mohammad Rasoulof est un artiste. Il est absurde de l’accuser de porter atteinte à la sécurité d’un état avec pour tout moyen une palette d’ombres et de lumières.

La Confédération Internationale des Cinémas d’Art et Essai (CICAE) et l’Association Française des Cinémas Art et Essai (AFCAE) se joignent au distributeur ARP Sélection et aux multiples voix à travers le monde pour réclamer l’annulation des peines décrétées à l’encontre du cinéaste Mohammad Rasoulof.

Les établissements adhérents à la CICAE et l’AFCAE sont invités à relayer cet appel sous la forme d’un carton numérique à diffuser dans les salles, disponible en PDF en cliquant ici. Le fichier est également disponible en format jpg en cliquant ici.

Une pétition pour réclamer sa libération est à retrouver ici.

Pour que cessent les atteintes aux droits à la frontière franco-italienne.

 

 

L’AdN est également signataire de ce communiqué.

Mardi 16 juillet 2019 – Nos associations saisissent des instances au niveau national et international pour que cessent les atteintes aux droits à la frontière franco-italienne.

Malgré les nombreuses alertes de nos associations, les violations des droits fondamentaux des personnes en migration se poursuivent à la frontière franco-italienne, de Menton à Briançon. Afin que cessent ces atteintes inacceptables, nos associations font aujourd’hui appel au procureur de la République de Nice ainsi qu’au rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme des migrants.

Privation illégale de liberté

Fin juin 2019, treize signalements ont été déposés auprès du procureur de Nice par l’Anafé, Oxfam, WeWorld et Iris. Ces signalements concernent la privation illégale de liberté dont font l’objet des personnes avant leur refoulement en Italie. En effet, chaque soir, des personnes sont enfermées toute la nuit, dans des Algeco attenant au poste de la police aux frontières de Menton. Ces Algeco sont des containers de 15 m2 dépourvus de mobilier pour s’allonger, où des dizaines de personnes peuvent être maintenues en même temps, privées de nourriture, pendant des durées dépassant largement les quatre heures « raisonnables » de privation de liberté admises par le Conseil d’État.

C’est le cas d’Alpha*, ressortissant nigérian âgé de 17 ans, qui a témoigné auprès des associations avoir été enfermé dans la nuit du 27 au 28 mai 2019 dans un Algeco, pendant plus de dix heures avec une dizaine d’adultes, dans des conditions exécrables avec des toilettes inutilisables. Il aurait pourtant déclaré sa minorité et exprimé son souhait de demander l’asile en France, sans que cela ne soit pris en compte par les forces de l’ordre.

Les mineurs sont ainsi régulièrement enfermés avec des adultes, et les femmes ne sont pas toujours séparées des hommes. Marie*, ressortissante ivoirienne, a expliqué avoir été enfermée dans la nuit du 6 au 7 juin 2019 pendant près de onze heures et demie, avec une autre femme et deux hommes qu’elle ne connaissait pas, sans savoir pourquoi elle était détenue et jusqu’à quand elle le serait.

Adama*, ressortissant sénégalais, a témoigné avoir été enfermé dans ces mêmes Algeco pendant plus de neuf heures, dans la nuit du 16 au 17 juin 2019. Il aurait demandé plusieurs fois à voir un médecin en raison de la blessure qu’il avait aux doigts suite à son interpellation, mais il n’a pas pu avoir accès à des soins avant d’être refoulé en Italie.

Ces témoignages ont été portés à la connaissance du procureur de la République de Nice qui avait annoncé, fin 2018, l’ouverture d’une enquête suite à un signalement déposé le 20 novembre 2018 par des associations et des élus, à propos des pratiques de la police française à l’encontre des personnes en migration, en particulier des mineur.e.s isolé.e.s, lors des refoulements en Italie.

Ces treize nouveaux signalements doivent être pris en compte dans le cadre de cette enquête, qui n’a pour le moment débouché sur aucun changement des procédures administratives et policières.

La détention arbitraire est l’une des atteintes aux droits fondamentaux des personnes pour laquelle nos associations, Amnesty International France, l’Anafé, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, le Secours Catholique Caritas France, ainsi que de nombreuses organisations intervenant à la frontière franco-italienne saisissent aujourd’hui le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme.

À cette privation de liberté s’ajoutent de multiples violations des droits, telles que l’impossibilité de demander l’asile, que ce soit au poste de la police aux frontières de Montgenèvre ou à celui de Menton. Nos associations dénoncent également la non-protection des mineur.e.s isolé.e.s et le non-respect des garanties légales lors des refoulements vers l’Italie.

Nos organisations ont invité le rapporteur spécial des Nations unies, Felipe Gonzalez Morales, à venir sur le terrain constater ces graves atteintes aux droits des personnes exilées commises par les autorités françaises et ainsi formuler les recommandations adéquates qui, nous l’espérons, feront enfin respecter les droits à la frontière franco-italienne.

Cette saisine a également été transmise au défenseur des droits, au contrôleur général des lieux de privation de liberté et à la Commission nationale consultative des droits de l’homme.

* Les prénoms ont été modifiés

Associations signataires : Amnesty International France – Anafé – La Cimade – Médecins du Monde – Médecins sans Frontières – Secours Catholique Caritas France – Alliance des avocats et praticiens du droit des étrangers pour la défense des droits fondamentaux – Association des avocats pour la défense des droits des étrangers – ASGI – Association pour la démocratie à Nice Collectif Kesha Niya Kitchen – Intersos – Iris – Oxfam – Refuges Solidaires – Roya Citoyenne – Syndicat des avocats de France – Tous Migrants –
WeWorld.

CONTACTS PRESSE :
Amnesty International France I Véronique Tardivel I 06 76 94 37 05 vtardivel@amnesty.fr
Anafé I Laure Palun I 06 62 49 75 31 / 01 43 67 27 52 I palun.laure@anafe.org
La Cimade I Rafael Flichman I 01 44 18 72 62 / 06 42 15 77 14 I rafael.flichman@lacimade.org
Médecins du Monde I Insaf Rezagui  I 01 44 92 13 96 I insaf.rezagui@medecinsdumonde.net
Médecins Sans Frontières I Laurie Bonnaud I 06 76 61 97 80 I msff-france-com@paris.msf.org
Secours Catholique Caritas France I Djamila Aribi I 01 45 49 75 24