Archives de catégorie : ACTUALITE

Ne boxez plus la presse indépendante !

Ne boxez plus la presse indépendante !

le Ravi, le mensuel d’enquête et de satire en Provence-Alpes-Côte d’Azur, se pourvoit en cassation face à l’Odel Var. Cet organisme parapublic dirigé par un élu LR mène un procès-bâillon entravant la liberté d’informer du journal. Soutenez le Ravi !

Pour signer la pétition, c’est ici.

Éditer un journal libre est décidément un sport de combat. le Ravi, le mensuel pas pareil dédié à l’enquête et à la satire en Provence-Alpes-Côte d’Azur, poursuit sa lutte judiciaire face à l’acharnement de l’Odel Var. La direction de cet organisme parapublic en charge des centres de loisirs, dirigé par un élu LR, mène en effet un procès bâillon entravant la liberté d’informer du journal.

Un procès bâillon, quèsaco ? Refusant de répondre à des questions légitimes, qui relayent les alertes de la Chambre régionale des comptes et les plaintes de salariés devant les prud’hommes, renonçant à faire valoir un simple droit de réponse, l’Odel Var attaque, sans sommation et à plusieurs reprises, en justice.

le Ravi a gagné une manche. Mais après avoir été relaxé face à un procès en diffamation pour son enquête « De l’Odel sous les ponts », le mensuel est toujours sous le coup d’une autre procédure concernant son article « Les élus d’abord, les enfants après ». L’Odel Var et son directeur ont réclamé la somme de 32 000 euros, de quoi menacer la survie du journal. le Ravi a pris un K-O en première instance au TGI de Draguignan. Lors du match retour à la cour d’appel d’Aix-en-Provence, la journaliste a été relaxée, les sommes réclamées ont été divisées par dix, mais le mensuel reste partiellement condamné.

Le prochain round aura donc lieu à Paris devant la cour de cassation afin de faire reconnaître totalement la légitimité de l’enquête, son sérieux, ainsi que le droit à la satire. Déplacer le ring dans la capitale va permettre d’instruire le dossier devant une juridiction habituée à traiter du droit de la presse. Face aux coups en dessous de la ceinture, l’endurance est de mise. Mais elle a un prix ! Déjà 10 000 euros de frais pour couvrir les deux premières années de procédure…

Dénonçant le recours abusif à la justice, détournée afin de faire obstacle au débat public, nous appelons à soutenir le mensuel le Ravi. Nous souhaitons que l’arbitrage fasse droit à la liberté d’informer. Et que, même bâillonnée, la presse libre ne baisse jamais la garde !

Condamnations pour avoir tenté de bloquer la frontière.

Génération identitaire : condamnés à six mois ferme pour avoir tenté de bloquer la frontière

Ce jeudi 29 août, le tribunal correctionnel de Gap a prononcé des peines de prison ferme, après l’opération menée au col de l’Échelle (Névache) en avril 2018. Le groupuscule d’ultra-droite et trois de ses membres étaient poursuivis.

Etats généraux des migrations : cordée solidaire au Col de l’Échelle organisée par le collectif Citoyens professionnels de la montagne

Le tribunal a rendu sa décision : ce sera six mois de prison ferme pour trois prévenus du groupuscule d’ultra-droite Génération identitaire. Ils étaient poursuivis pour avoir « exercé des activités dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ». Ils écopent également de 2000 € d’amende et de privation des droits civils, civiques et familiaux pendant cinq ans. Enfin, l’association Génération identitaire est condamnée à 75 000 € d’amende.

Dans le viseur de la justice, ce procès était celui de l’opération menée le 21 avril 2018, lorsque les membre du groupuscule d’ultra-droite Génération identitaire – une centaine – avaient surveillé la frontière pour empêcher des migrants de passer. A grands coups de tweets, vidéos et le recours à un hélicoptère pour une opération baptisée « Defend Europe ».

Six mois d’emprisonnement ferme avaient été requis

Lors de l’audience au tribunal correctionnel haut-alpin, le 11 juillet dernier, le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, avait requis six mois d’emprisonnement ferme et l’interdiction d’exercer les droits civiques pendant un an pour les trois prévenus (Clément Gandelin, Romain Espino et Damien Lefèvre) ainsi que 75 000 € contre l’association Génération identitaire.

Le seul prévenu présent au procès, le président du mouvement Clément Gandelin, avait gardé le silence. L’avocat de la défense avait plaidé pour la relaxe. Le tribunal a finalement suivi les réquisitions du procureur.

  • Qui sont les prévenus ?

    Clément Gandelin, président, et Johan Teissier, un porte-parole de Génération identitaire, étaient présents au procès Clément Gandelin (alias Clément Galant), a 24 ans. Le Lyonnais est le président de l’association Génération identitaire et se présente comme « responsable France de la mission Defend Europe »

    Romain Espino, 24 ans lui aussi, est le porte-parole du groupe.

    Damien Rieu, de son vrai nom Damien Lefèvre, est un ex-cadre des GI. Longtemps porte-parole, il a quitté la sphère de l’ultra-droite pour celle de l’extrême droite.

https://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2019/08/29/generation-identitaire-les-trois-prevenus-condamnes-a-six-mois-de-prison-ferme-gap-col-echelle-frontiere

Image : L’humanité journal

 

Resf06 : Cercle de silence pour la rentrée scolaire .

Mardi 3 septembre cercle de silence avec RESF06
( Réseau Éducation Sans Frontières) dont AdN est membre actif depuis la création.

Cercle de rentrée pour le droit à l’éducation des enfants de familles sans papiers et en demande d’asile. 18h30 à 19h précises
Place Garibaldi – Nice.

Matériel scolaires et dons pour la cantine seront reçus avec reconnaissance.
(ces familles n’ont pas droit à l’allocation de rentrée scolaire).
Les décideurs qui expulsent des familles,qui les changent
d’hôtels minables en hôtels pourris sans tenir compte de la distance de l’école,qui font tout pour refuser les mineurs isolés,…
vont-ils enfin appliquer
La Convention Internationale des Droits de l’Enfant
Droit à l’Education,
à la santé,
à un abri sûr,
à la vie paisible en famille
? ! ? !

(Illustration : Oeuvre de l’artiste Ai Weiwei à Düsseldorf, pour qui « Tout est art, tout est politique ».=

« L’oeuf dure » de Rémi Lange au Mercury

Vendredi 30 août à 20h30 au cinéma Mercury à Nice

***SEANCE SPECIALE IN&OUT en partenariat avec AdN***
L’ŒUF DURE de Rémi Lange, en présence du réalisateur et de son comédien Dafy Adriano.

« Le propos est caustique, drôle, et d’une belle intelligence (….). Voilà donc un film absolument jubilatoire, d’une poésie très touchante qui rend hommage à toutes les formes de différences dans notre société. » Avoir-Alire https://www.avoir-alire.com/l-oeuf-dur-la-critique-du-film

Après « Omelette » et « Les yeux brouillés » tournés avec une caméra super8, voici, à l’heure de la HD, le troisième volet des journaux filmés de Rémi Lange. Ou comment parler différemment de PMA et d’homoparentalité.

LE FILM
Rémi rencontre Dino, un jeune artiste marseillais qui tombe amoureux de lui. Peu après leur rencontre, Dino annonce à Rémi qu’il veut un enfant. La difficulté est alors de trouver une femme qui accepte à la fois de leur faire un enfant… et d’être filmée, de la rencontre à l’accouchement !

Quelques critiques du film

–Le Journal du Dimanche : « Malin, touchant et surtout aussi drôle que son titre le promet. Rémi Lange a le bon goût de ne jamais se prendre au sérieux tout en s’emparant d’un sujet qui l’est. Surprenant et audacieux. »
—Les Inrocks : « Un film par définition très étrange, puisqu’on le voit être tourné par les gens qui jouent dedans. Une ambiguïté qui atteint les personnages mêmes, qui finissent par douter de leur identité, notamment sexuelle, de la nature de leur vrai désir. Souvent drôle, L’œuf dure ne ressemble pas à grand-chose de connu, et c’est l’une de ses principales vertus. »
—Gay-marseille.fr : « Déjanté ! »
—Garçon Magazine : « Un film juste et poignant. Au-delà de l’aspect volontairement autobiographique de son nouveau film, Rémi Lange nous offre une plongée dans le quotidien d’un couple homosexuel aspirant à la parentalité. Dans cette comédie sentimentale et poétique, il aborde sans compromis les difficultés et les moments de doutes pour un résultat qui sonne juste à chaque instant. »

—Avoir-Alire : « Le propos est caustique, drôle, et d’une belle intelligence (….). Voilà donc un film absolument jubilatoire, d’une poésie très touchante qui rend hommage à toutes les formes de différences dans notre société. » (Avoir-Alire https://www.avoir-alire.com/l-oeuf-dur-la-critique-du-film).

—« Hilarant ! » (Chéries-Chéris).
—« Une trilogie originale. » (Komitid)
—« Un film OVNI à la lisière du reportage et de la fiction. Pour amateur du genre ultra décalé ! » (Cinéma La Scala de Thionville)

La bande-annonce du film : https://www.youtube.com/watch?v=H5vtgXhlyg8